• AGRICULTURE BIOLOGIQUE

    Avec une superficie d'environ 0, 9 m d'hectares, le continent africain dispose de près de trois pour cent de terres agricoles certifiées biologiques. En Ethiopie, 140 308 hectares de terres agricoles sont certifiées biologiques. Toutefois, bien qu'il ne soit pas certifié comme tel, approximativement 80% du café éthiopien est de facto réputé biologique. (IFOAM 2008/9)

  • MARCHES BIOLOGIQUES

    Au cours de la dernière décennie, les marchés biologiques d'Europe et des Etats-Unis ont enregistré une croissance annuelle à deux chiffres. Pendant la crise économique en cours, la vente des produits agricoles conventionnels a connu une baisse plus soutenue que celle des produits biologiques. (Hain Celestial 2011)

  • LE ROLE DU POISSON DANS LE PIB DES PAYS AFRICAINS

    Environ 10 millions d'Africains (1,5%) dépendent directement de la pêche, de la pisciculture, de la transformation et du commerce du poisson pour assurer leur subsistance. Par contre, on estime à 45 millions, le nombre d'Africains qui vivent indirectement de la pêche. Avec une contribution du secteur des pêches dans le PIB à hauteur de 8%, le Mozambique occupe la première place en Afrique. Il est suivi de près par Madagascar et la Namibie. (Banque africaine de Développement 2008 et Global Fish Alliance, 2009)

  • POISSON ET SECURITE ALIMENTAIRE

    Environ 10mio d'Africains dépendent directement de la pêche, de la pisciculture, de la transformation et du commerce du poisson pour assurer leur subsistance. On estime à 45mio d'Africains qui vivent indirectement de la pêche. Avec une contribution du secteur dans le PIB de 8%, le Mozambique occupe la 1ère place en Afrique. (BAD 2008 et Global Fish Alliance, 2009)

  • PECHERIES ET CLIMAT

    En raison de la consommation très élevée du carburant lors du débarquement du poisson par les grandes usines de pêches, la pêche est aujourd'hui la méthode de production alimentaire la plus gourmande en énergie. (Tyedmers et al. 2005) Généralement de petite échelle, les pêcheries africaines ont peu d'impact néfaste sur le changement climatique.

  • FORETS EN AFRIQUE

    Le manteau forestier africain est estimé à 650 millions ha, représentant 21,8% de la superficie du continent et 16,8% de la couverture forestière mondiale. La forêt tropicale d'Afrique représente 18% de la couverture forestière tropicale du monde et couvre plus de 20 millions km² de terre en Afrique de l'Ouest et du Centre. (FAO 2006)

  • FORETS ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

    La forêt africaine stocke environ 60% de carbone. La forêt ombrophile (1 617 925 km²) emmagasine en moyenne 29 949 millions tonnes de carbone. Le massif forestier du Congo stocke trois fois autant de gaz carbonique que celui produit par l'ensemble des activités anthropiques du monde par an, et il produit 80% des gaz à effet de serre émis par la région. (CARPE 2008)

  • CONSOMMATION DE L'ENERGIE DOMESTIQUE

    Le bois de chauffage qui entre pour 60% à 86% dans la consommation d'énergie primaire en Afrique Sub-saharienne est la plus importante source d'énergie domestique en Afrique. (exempt S.A.) (Njuki 2004). La production de bois de chauffage et de charbon de bois représente plus de 90% du bois abattu en Afrique. (Outlaw-Gardner and Engelman 1999).

  • ROLE DU TOURISME DANS LE PIB

    Les recettes touristiques constituent 2,46% du PIB des pays africains. Leur rôle dans les PIB nationaux est toutefois significatif, notamment avec les Seychelles, où la contribution directe et indirecte s'élève à 25% et 48% respectivement. Avec plus de 10mio d'arrivées et plus de USD8mia de recettes par an, l'Afrique du Sud occupe la 1ère place du marché touristique africain. 2nde est l'Egypte avec 12mio d'arrivées et 7mia de recettes. (WTTC 2009)

  • L'ESSOR DU TOURISME EN AFRIQUE

    Le tourisme responsable joue de plus en plus un rôle dans les économies africaines. Au Botswana par exemple, où l'on reçoit aujourd'hui jusqu'à 9% des touristes internationaux à destination d'Afrique Sub-saharienne, la proportion des arrivées internationales est en constante augmentation. Les parcs nationaux, avec 13% à 46% des touristes qui visitent le pays, enregistrent une croissance à deux chiffres. (WTTC 2006)

S'impliquer dans le processus de normalisation

Eco Mark Africa

EMA se propose de créer une norme de durabilité certifiable ainsi qu'un système de reconnaissance d'autres normes de durabilité qui fonctionnent comme un mécanisme d'assurance qualité. Un ensemble de critères comprenant notamment les exigences écologiques, sociales et climatiques et des mécanismes de gouvernance et d'exécution crédibles sont en train d'être mis en place.

EN SAVOIR PLUS

Vision et mission

Prescrite comme une des principales priorités du cadre décennal de programmes pour l'Afrique, Eco Mark Africa s'est fixée pour objectif de contribuer, au niveau mondial, à un mouvement vers la consommation et la production durables, renforçant, de ce fait, la capacité de l'Afrique à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

EN SAVOIR PLUS

La production durable en Afrique

Les économies africaines sont les plus affectées par les effets pervers du changement climatique tels que les longs épisodes de sécheresse et d'inondations. Les mesures d'atténuation des effets du changement climatique et l'adaptation à leurs impacts sont vitales pour le continent. En outre, les modèles conventionnels de production créent souvent la pollution environnementale, la consommation excessive des ressources et l'exploitation sociale. Les méthodes de production durables constituent donc des moyens efficaces permettant aux économies africaines de relever ces défis.

EN SAVOIR PLUS